IAIDO BARNAVOL 2017

A gauche : Sensei BARNAVOL - Au milieu : Jean W. BEGUE Instructeur de l'Aiki-Jujutsu Club de Longuyon

- A droite : David Laurençon Programmateur du site.

Crédit photo : Patrick Kopp


Ce jour du week-end au 21 et 22 Janvier 2017, l'Aiki-Jujutsu Club de Longuyon s'est confirmé présent au dojo Aiki-Club de Metz pour assister à un stage d'iaido  chevronné par Sensei Christian Barnavol 7e Dan et, c'est une quarantaine de licenciés de plusieurs régions et pays qui sont sur place.

Le stage/cours s'est déroulé, par la présentation des 12 gardes essentielles qui sont en plus des techniques à part entière. En suivant nous avons étudié quatre katas dont chacun suivent une direction précise.

La fluidité de Sensei BARNAVOL (ce qui représente une grande maîtrise dans sa gestuelle) que ce soit en codification lente ou rapide, nous transporte par sa sincérité et ses déplacements sur le sol, tel un félin. Un ensemble normatif se mouvant dans la motricité de ses déplacements, une certaine illusion visuelle se crée pratiquement indéfinissable à vitesse réelle via l’exécution s'il le souhaitait à ce moment.

Sensei BARNAVOL, nous suit par un discours presque spirituel, il nous fit part de l'importance du Hara avec le Kiai à prescrire dès le centre énergétique concerné et non la gorge. Les postures droites indispensables pour les déplacements sont nécessaires pour une bonne stabilité et surtout pour la respiration en suivant son explication avéré. 

Sensei BARNAVOL nous fait profiter en même temps de ses compétences en Aiki-Jujutsu et nous fait comprendre de les associer avec l'iaido, car c'est un ensemble dans l'action. Effectivement, il nous explique que tendre son bras lors de certain mouvement, pourrait endommager les tendons et les ligaments du coude et cette information capitale à son importance dans le respect du corps. En même temps il ajoute que le katana lorsque il est trop lourd pour un pratiquant, il n'est pas plus utile qu'une haltère avec ses désastres musculaires sans une bonne préparation gestuelle.

Enfin Sensei BARNAVOL à 12h00 de  ce Dimanche, nous explique que la régularité est nécessaire pour produire de la qualité. Surtout et cependant, il nous fait part de sa rigueur en nous synchronisant dans les répétitions sous peine de rester sous sa correction en gage punitif, ou plutôt de récompense pour notre plus grand plaisir.

Crédit photo : Patrick Kopp


Ce samedi 19 novembre 2016, l'école d'aiki-jujutsu de Longuyon s'est déplacée à la rencontre de Maître (Sensei) René PACHURKA dans son dojo de Metz pour lequel il a proposé un stage spécial d'armes afin d'y étudier un jour la pratique du Bokken du Jodo et l'art de l'Iaito.


Nous avons étudié initialement les bases au Jô (bâton). Nous en avons observé un kata précis et dévastateur, répétant plusieurs mouvements et déplacements. En suivant nous nous sommes cultivé au Bokken (sabre en bois) révisant ainsi l'attaque et les parades à tour de rôle. Pour terminer Sensei René nous a demandé de reproduire les formes katas avec le sabre appelé Iaito.

Sensei René nous explique en détails et par sa démonstration, qu'il est nécessaire de se conformer dans l'action par la sincérité. Le pratiquant se doit, de toutes disciplines, y insérer son coeur pour intégrer le sens de la pratique et le ressenti des mouvements pour aiguiser le mental et l'intuition.

Sensei René, nous fait office du Maai (distance) et du Ai (harmonie). L'évaluation de la distance permet d’apprécier sa capacité d'attaque ou de riposte avec rapidité et lenteur. Le Ai est le principe d'harmonisation dans l'action et qui permet de s'adapter aux situations. Dans ces conditions, c'est ainsi qu'il est possible d'évaluer les compétences martiales et ses capacités face à un adversaire, comme décider de l'issu du combat. Bien sur, ceci n'est évaluable qu'à un niveau de maîtrise élevé pour ressentir et comprendre la juste essence de ces philosophies martiales qui sont les bases. Comme toutes fondations, ces lois à l'apparence philosophique, sont chacune le fondement de loi métaphysique naturelle de la vie qui prêtent et permettent le temps à la réalisation de soi, l'unification du Corps et de l'Esprit.

La journée très instructive, tout cela dans la joie et la bonne humeur, nous nous sommes ensuite restaurés.

Le Maître ouvre la voie de la perfection, il permet similairement d'approcher la maîtrise plus rapidement, puisque le chemin est accompagné (David Laurençon).

 


Ce Samedi 08 octobre 2016,

c'est le jour de la séance photo pour l'aiki-club de LONGUYON qui s'est déroulée, et, c'est aussi le jour que notre Président (Florian Gunalons - 2ème personne en partant de la droite) et son comité qu'ont choisis de s'occuper pour l'Assemblée Générale de l'école. Notre instructeur (Jean-Wilfried Bègue - 1er en partant de la droite/tenue bleu) étant présent également ce jour nous a fait l'honneur de son cours du Samedi après-midi en même temps.

Les autres photos des licenciés présent sont répertoriées dans un disque dur à l'appréciation de l'auteur, qui se fera un plaisir de les partager sur simples demandes.

Nous avons pu apprécier cette nouvelle saison de recevoir les nouvelles recrues, tel que : David Laurençon (2ème en partant de la gauche), Clara Laurençon (au milieu en tenue), Daniel Renaud (5ème en partant de la droite) et Jeremy Oberweis (3ème en partant de la droite), plus les nouveaux membres du CA. Après les discussions sur un nouveau logo pour l'école, les formalités administratives et financières, les projets d'aménagements des heures, flyers et accords votés, nous nous sommes retrouvés autour d'un goûter pour finaliser cette réunion.

Crédit photo : Patrick Kopp


Ce week-end du 23 et 24 Janvier 2016, l'organisation de la Ligue Lorraine et Associées invite l'école d'Aiki-Jujutsu Club de Longuyon. Ce sont 4 des élèves et l'instructeur (Jean-Wilfried BEGUE) qui se sont rendus à l'école de Metz afin de participer au premier stage régional de Iaido (sabre Japonais) de cette année. Comme chaque arrivée du printemps, Sensei Christian Barnavol (7e Dan Aiki-Jujutsu, 5e Dan Iaito, 2e Dan Jodo Maroto-Ha) nous fait profiter de sa pédagogie et sa fluidité rigoureuse.

Outre de notre région, c'est aussi le Nord de la France et puis de Bruxelles (Belgique), que se consiste et amplifie le groupe de 25 apprentis-samouraïs, avides de connaissances et de perfection dans son corps et son esprit.

Dans le même temps, Sensei René PACHURKA, réussi avec succès l'examen du Sandan (3e Dan) en Iaito, lui permettant officiellement d'etre reconnu à ce grade. 


Ce week-end du 19 et 20 Septembre 2015, comme chaque année, les instructeurs et quelques suppléants (pour la plupart venus de très loin), ce sont rivé ce rendez-vous sur Chartres pour suivre et prendre connaissance des nouvelles directives de Maître Roland J. Maroteaux (9e Dan Hanshi - Maître de toutes les écoles de la branche MAROTO-HA).

A l’exception des techniques, l'étude sur le tatamis était de rigueur et d'un très grand sérieux. Pas question de faire semblant et de ne pas appliquer avec conviction les différentes techniques. Il fallait aussi bien rectifier sa posture, sa stabilité mobile et tout cela face à des attaques et saisies où il fallait agir très vite et sans réfléchir malgré une certaine appréhension de vouloir bien faire surtout en présence des hauts gradés de l'école à l’œil avisé.

A l'issu de cette première journée, le Maître appel, en fonction de leurs disciplines et années en grades, différents instructeurs pour tester leurs connaissances sur le plan technique, physique et mental. De ce fait exceptionnellement, le Maître Roland J. Maroteaux a décidé de faire passer l'examen à Florian Gunalons (1er kyu ce jour) au test Shodan (1e Dan) et sous la responsabilité technique des hauts gradés de l'école (tous au minimum 5e Dan) afin de le tester depuis ses connaissances techniques. Après trois quart d'heure d'épreuve, il a été appelé pour son test écrit d'enseignant fédéral dont il est en attente des résultats.

Pour ainsi dire à l'accoutumée, cette première journée se clôture par un vin d'honneur au Campanile Hôtel, suivi d'un repas où l'ambiance est décontractée et conviviale, montrant à la fois que même après l'accomplissement rigoureux et ferme sur le tatamis, nous savons aussi relayer par des bons moments.

A la fin de ce stage de deux jours, les hauts gradés de l'école nous on fait l'honneur de faire une démonstration de ko-ryu et de Iaï. Nous sommes repartis de Chartres épuisés mais pleinement satisfait et de dire aussi que l'instruction la plus difficile reste a faire : La Transmission.

Monsieur Gunalons Florian Président de l'Aiki-Jujutsu Club de Longuyon (3ème rang/3ème en partant de la droite)